G.A.Y : Génétiquement Accro au Yaoi !


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Luxure, tennis, & Yaoi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Higanjima
Admin


Féminin Nombre de messages : 171
Age : 23
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Lun 2 Mar - 21:02

Eh beh d'abord moi je ne suis pas aller triché !!!! (KNIARK KNIARK !!!)

Sinon cela fait toujours un peu bizarre de voir un Bill intello !

ET belle référence aux Creepers !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gay-paradise.1fr1.net
Yu'kiie



Féminin Nombre de messages : 160
Age : 23
Localisation : a a a =P
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Lun 2 Mar - 22:00

Oui mais toi hein ... =P
Tu insinue de Bill est con ?? O_O Mdr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x--3mo-rock--x.skyrock.com
Higanjima
Admin


Féminin Nombre de messages : 171
Age : 23
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Lun 2 Mar - 22:41

Mais voyons je n'insinue rien du tout !
Mais je vois pas trop un jeune chanteur bossait comme un malade !
[C'est un concept bizarre quand même !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gay-paradise.1fr1.net
Celinicious



Féminin Nombre de messages : 103
Age : 22
Localisation : In his Arms...
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Mar 3 Mar - 20:54

Merci merci XD
Nn j'habite pas en france mais au Gabon. =)

Suite, Chapire 5:

je m'escuse d'avance, il n'est pas encore corriger !
_______


Chapitre 5
« Bonjour. Je sais, Tout cela est stupide. Je ne suis que le conard qui t'a 'piquer ' Ton carnet...Et comme tu peux le constaté, l'as lu. Je suis sincèrement désolé, de sa. Mais sa m'intriguait. Et puis je ne te connaissais pas ! Enfin. Je ne sais pas si tu me comprends, Mais je n'ai pas l'intention de te dire, que tu es nul, même pathétique...Ou nunuche. Ou une méchanceté que tu aurais pensé que je puisse dire (Oula. Compliqué) Non. Je voulais juste te dire que ...Ouai putain je l'ai lu, et sa m'a mit la boule au ventre (je suis rouge la.) C'était tellement fort. Les quelques mot écrit dedans. Tes émotion m'on prit, et m'ordonner envie de... de je ne sais pas trop quoi faire enfaite. C'est un sentiment que je en crois n'avoir jamais ressentit. Ne te méprend pas. T'es juste foutrement incroyable je pense. Et tu as beaucoup de courage. Tout ce que je connais de toi, toute les facettes de ta personnalité mon...étonné. Tu es étonnant. Je n'ai pas plus le temps...Ou je ne veux pas ? T'en dire plus. Si tu veux plus. Répond moi. Sur ce même cahier. C'est ton confident. Je veux t'aider. Le moindre des tes problèmes...Je veux le conaitre. Pour ne plus que tu te sentes seule.
Je sais. Pourquoi ferrais tu confiance a un conard qui a mit cent ans à te rendre ton journal intime. En plus a l'air d'une racaille (Ne ment pas je sais que tu le pense.) Ouai... Bah chai pas trop enfaite. Je pense juste que...tu devrais le faire. Je t'en pris. Vraiment. Ai confiance...je ne me moquerais pas de toi ou un truc du genre...jveu juste...Juste...te conaitre autrement. On va dire. Je ne te demande pas encore de contact... physique. Tes mots me suffisent tant qu'il te suffise.

Aure voire. A Bientôt j'espère.

Ps : tu voudrais une fille ou un garçon ? Lol. X).
»



Je soupire...Et pose le journal sur ma table. Je ne sais pas trop...J'hésite...je le fait ou...j'ai tellement envie...oui...Allez. Pour une fois...Il faut que je fasse ce que j'ai envie...oui.

J'attrape le stylo Arpen® Sous mon oreiller, et me met a couvrir cette page blanche, d'encre noir. Comme était mon âme.

[...]

Je suis étonné par moi-même. Les mots me viennent sans que je ne puisse rien n'y faire, et remplisse à une allure folle les pages de mon cahier. Je ne sais pas vraiment ce que je lui écris. Je n'en ai même plus conscience, que ce que j'écris, est destiner a une lecture. J'écris comme j'écrivais avant...enfin je me confis. Je ne sais pas pourquoi. Sa lettre m'a peut être réchauffé le cœur. Je lui pose des questions, et réponds au sienne. Je lui dis que la rencontre physique est impossible, pour moi. Je ne veux pas. Je veux bien me confier a lui, mais je dois arriver a garder une certaine distance. Je pense. Enfin j'essais. Et même... Il serait trop déçu je pense. Je ne suis pas quelqu'un d'intéressant. Vraiment pas. Mais j'ai l'impression que son intérêt pour moi est tellement grand.

Pour l'amour du ciel. Qu'est ce que je suis entrain de faire ?

Je deviens fou. Vraiment. Ou folle. Comme vous voulez. Je termine cette lettre en abrégeant un peu...



« Je veux savoir aussi ...Maintenant tu sais peut être plus de choses sur moi, que mes parents eux même ne connaissent pas. Je pense qu'on à assez parler de moi. Tu veux me conaitre ? Moi aussi alors. Qu'est ce que tu aimes ? Qu'est ce qui te fait plaisir...

Dit moi. Ou plutôt, écrit moi.

Bye.

Ps : pour répondre a ta question...Trouve sa stupide, Mais je veux 2 garçons et une fille. Tu veux des enfants ? Avec ta copine ?
»



Je souris et referme mon journal, le fourrant dans mon sac. Je vais dans la salle de bain, et commence à me déshabiller, pour prendre une bonne douche. Aujourd'hui je n'ai pas de cours de tennis. J'en profite pour me prélassé un peu. Les cours me fatiguent tellement. Je me fais couler un bain, et met mon tee-shirt dans le panier a linge. J'enlève ensuite mon jeans, troué, et le fou lui aussi, dans le panier.


Je m'assoie sur ma petite chaise, posée devant le miroir. Je suis fils unique, et sa a ses avantages. J'ai ma salle de bain pour moi tout seul. Ce qui évite bien les ennuient. Elle est tout décorer a ma façon ; on pourrait peut être pensé a une salle de bains de fille pas, qu'elle soit totalement rose, mais...Bon. J'ai tout les produit utiliser par les filles...les maquillages, les nettoyant de peau, démaquillant...je rigole ; Et prend un contons, l'imbibe de lotion démaquillante, en attendant que mon bain soit plein.


Une fois le bain remplit, une douce odeur flottant d'en l'air, une odeur de framboise. Je souris un peu plus au plaisir à venir, et plonge mon corps dedans.
Mon corps se crispe au contact de l'eau chaude, puis finit par se détendre. L'eau m'arrive jusqu'aux épaules, et les genoux dépasse légèrement. J'ai vraiment de trop longues jambes.
Je les sors, et les regardent. Il fait vraiment que je m'épile. Sa deviens la jungle.
Je ressemble à un petit...Petit...petit singe.


Je rigole toute seule. Oui. Il m'arrive de me nommer au féminin. Quand je me sens féminine. Comme maintenant ; j'ai appris au fil, des années, a accepter mon corps. Pas totalement pour montrer a tout le monde, que je suis une femme et un homme, mais...assez pour me le montrerai a moi. Je l'étai souvent...rejeter. Comme une fatalité, une horriblité de la nature. Mais j'ai appris...au fur et a mesure, que sa ne servait a rien, de renier la réalité quand elle est fasse a vous. Vos mieux l'accepté. Mon père, aime le fait que je sois (partiellement du moins) une fille. Il voulait une fille. Ma mère n'as aucune préférence je pense. En tout cas elle ne me l'a pas dit.


Elle me met juste en garde, pour le sexe. Elle sait que je suis...Attiré par les hommes, et donc que je peux tomber enceinte. J'ai donc eu un cours sur le sujet. La phobie des adolescents je pense. Je n'y ai pas échappé ! C'était vraiment horrible !


Mais j'ai vraiment peu de cette étape. Si...si sa arrivait un jour je ne sais pas si je serais heureuse...Ou totalement ...Horrifié. je ne sais pas du tout. Un part de moi tellement envi de savoir se que sa fait...De porter la vie. De ne plus être seule, mais...Deux personnes...Sa doit être tellement beau. L'accouchement ne me fait pas peur. Enfin... je ne pense pas...Je pense que c'est un mal pour un bien. Un bien merveilleux Vraiment. Alalala. Mais tout cas est loin. Pour l'instant j'ai d'autre problème. Comme...


Comment donner ma réponse a Tom, par exemple. Parce que il est hors de question, que je viens comme sa « salut, sa va, Ouai jtai répondu, tien mon journal ! » devant tout ses potes. Tss. Non. Je vireras au rouge tomate, marmonnerais un truc, et m'enfuirait en courant, vraiment très vite. Non non. ...humm...peut être son casier ! ouii. Mais il est ou son casier ?...Ah oui, le 204. Mon travail de détective n'aura pas servit a rien, finalement.


J'hésite pendant un moment, a mettre mon plan a exécution...Mais...Finalement...qu'est ce que sa peux bien me couté ?


[...]


« On fait les dernière s'il te plait ? Je suis crevé ! » Criais- je a l'autre bout du cours. Le soleil me tape sur mes longs cheveux attachés en queues de cheval, trempé de sueur. Je n'ai qu'un envie, la c'est un café au lait, dans ma chambre, propre !


Ben ramasse les balles a côté de lui les compte, et me répond« Ok, les...Quatre dernières ? Tu as une de ses pêches ! C'est dommage d'arrêter maintenant ! » Je fronce les sourcils, et relâche ma main. « Ecoute, Je suis crevé ! Excuse-moi mais j'ai vraiment envie de me doucher la... »


Il se marre, et me donne deux balles que je mets dans ma poche. « Bien, Fillette. » Je ris jaune, et me retourne pour mettre derrière la ligne, en jurant et murmurant « tu croirait pas si bien dire. »


On joue les dernières balles. Elles sont pas mal. Par contre je dois retravailler mon revers croisé...la balle est constamment dans le couloir. Je jure dans ma barbe, et me dirige vers le banc, laissant ben ramasser les balles, encore une fois.


« Tien, tes balles. Bill...Hum...EJ voudrais te parler d'un truc. » Une once d'inquiétude m'envahit...Il est au courant pour mon journal ? Comment ? Ce n'est que mon coach...Comment pourrait-il ? « Oui ? » Ma voix est quelques peu tremblante...
« Le tournoi de l'école va débuter dans 2 mois...Et...je voudrais que tu t'y inscrive. »


Je m'arrête net dans mon mouvement. C'est de ça dont il veux me parler. Je soupire bruyamment, en rigolant bêtement. C'est juste ça...Pas de mon journal...Mais juste ça. Ok. Bill, détend toi. Il ne sait pas. Comment le saurait-il ? Ne soit pas idiot.


« Je vais y réfléchir ; même si je en pense pas m'inscrire, dis-je rapidement je n'ai ni le niveau, ni le charisme. » Je l'entends soupirer. « Bill tu as le niveau. Peut être quelque entrainement encore. Mais tu a le niveau. Tu es même meilleur que la moitie des élève de cette école, bill »


Je souris, et met mon sac sur le dos « ne dis pas de sottises. S'il te plait. Je n'y participerais pas. Ma mère doit m'attendre. A la prochaine ! » Je l'entends soupirer encore une fois, e continuer à ranger ses affaire, moi je m'éponge le visage a même temps que je sors du cours. Je regarde les escaliers qui sont face à moi. Je suis sur qu'ils sont la pour achever les joueurs, après les matchs. N'Y a que cette option.


J'allais entamer la première marches, quand on portable vibre dans mon sac a main. Je m'assois sur les marche et me met a chercher ce fichu portable ...Ah...le voila.


« Dad' »...Hum... je décroche. « Oui ? Ne m'appel pas Billy...Oui...Ah ? Pourquoi ? ...Oh. Okey. Tu viens me chercher alors ? ...Dans combien de temps ? Papa je suis crevé ! Il me faut une douche ! Non je ne peux pas marcher. Parce que ! Ouai...ok...Quinze minute pas plus. Ahan. Bye. »


Je soupire et jette mon portable dans mon sac, même si je sais qu'au prochain appel, je vais encore m'insulter pour l'avoir jeter. Je vais encore passez 15 minutes a attendre, que papa daigne finir sa réunion pour venir chercher sa « Billy chérie ». Ouai bah en attendant Billy chérie est tremper, et fatiguer. En plus tout les joueurs qui passe me regarde...c'est vrai que j'ai pas l'air bête, assise dans les escaliers, 3 sac dans les bras (Mon sac a main, mon sac de cour, et mon sac de tennis)...en plus je dois avoir une tête de déterrer, tout mon maquillage a couler. Han.


Je me mets donc contre le mur, les lunettes de soleil sur les yeux, j'ouvre un lire, et lis, en attendant le prochain appel de mon père.


Soudain, j'entends un rire que je connais. Je me crispe. Oh Mon dieu pas lui. Je lève discrètement la tête. Si C'est lui. Mon dieu mon dieu...
Faite qu'il ne me voit pas...



Enfaite je ne sais pas si je veux qu'il me voit ou pas...


Il s'approche un peu plus, descendant les escaliers nonchalamment, en riant avec un de ses amis. Il arrive a mon niveau, et s'arrête ne de rire lorsqu'il me voit...Je pince les lèvres, en replongeant mon nez dans mon livre...Je l'entend, il continu, de marcher, après m'avoir adressé un doux sourire qui réchauffa mon cœur.


________

Ah Han ?

_________________

G.A.Y

Twincest.

Yuko, Panda, Ju', lu², Safaa, Chupa Chups Voix Sensuel, Steph' et tout les autres.

[L]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-manequin-yaoi-x.skyblog.com
Higanjima
Admin


Féminin Nombre de messages : 171
Age : 23
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Mer 4 Mar - 15:56

Ouai c'est top... J'aime bien ça fait très Jeu, Set et match (version gay !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gay-paradise.1fr1.net
Celinicious



Féminin Nombre de messages : 103
Age : 22
Localisation : In his Arms...
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Jeu 5 Mar - 20:59

Yuko, Tu viens de trouver le nom de ma fiction, que je cherchais depuiiiiiiis . Merciiii Tu un un elfe Magic ( ne pleure pas. )

_________________

G.A.Y

Twincest.

Yuko, Panda, Ju', lu², Safaa, Chupa Chups Voix Sensuel, Steph' et tout les autres.

[L]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-manequin-yaoi-x.skyblog.com
Celinicious



Féminin Nombre de messages : 103
Age : 22
Localisation : In his Arms...
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Lun 27 Avr - 16:27

Voici la suite ems amis ^-^

ENJOYYYY

__________________________________________________________________________





La vie s'écoulait pour une fois sans que Bill eu besoin de se plaindre. Les notes qu'il recevait s'enchaînait, et largement au dessus de la moyenne, presque l'une des meilleurs moyennes de la classe, le tennis était au bau fixe, car l'automne se finissait, et c'était – du moins pour lui, un vrai plaisir de jouer dans le froid. Les sensations que ce temps froid procurait à son corps, même si elle n'était pas forcément bonne pour son organisme, ils les adoraient.

Normalement, aujourd'hui était le dernier jour de l'automne, le brun décidai alors, à la sortit des cours de se promener dans les rues et profité du dernier jour de ma saison préféré. Quand la sonnerie annonça la fin des cours, il se précipita vers la sortit tout sourire. Sa sentait malheureusement déjà l'hiver. Quelques fines gouttes de pluies me tombaient sur le nez. Rien de bien méchant, mais c'était embêtant. La porte du l'école passez, il se souvint que aujourd'hui était un des jours ou je devais récupérer son Journal, que Tom allait poser dans son casier. Il se mit alors à courir à grande enjambé vers son casier, espérant ne pas se faire enfermer dans le lycée (Quel cauchemar !).

Arriver dans le couloir, il reprit doucement sa respiration, jurant de ne plus courir aussi vite pour quelques chose qui pouvait bien attendre quelques minutes. Quand il leva la tête, sa respiration ne fut plus son premier problème. En fait, Bill ne sut pas si son premier problème était comment aillait-il courir aussi vite pour repartir, ou comment allait-il faire arrêter son cœur qui battait maintenant a deux cent battement par seconde. Quoique l'un allât avec l'autre. Ou était son contraire. Bill en sût plus.

Il était là, essayant de passer mon journal dans le fin bandeau d'espace de son casier. A moitié plier en trois, ses lèvres pinçant sa langue et ses sourcils froncer. Bill put s'empêcher de penser qu'il était vraiment mignon dans cette position...

« Putain de casier de mes couilles, c'est toujours le même problème, bordel ! » Cria t-il. Tom étaient contrariés. Non, pire ennuyé. C'était comme il le disait toujours le même combat. Il se dit qu'il ne savait ce que Bill avait dans son foutu casier, mais il devait lui en faire par. Au moins pour que sa lui facilite l'accès. Déjà qu'il était obligé de rester un peu après les cours pour attendre que tout le monde parte pour incéré le journal dans le casier, celui-ci faisait des sienne. Il souffla et jura encore. Ce n'est pas qu'il avait honte ou quoique ce soit d'entretenir des correspondances avec Bill, c'était qu'il faisait tout sa pour protégé Bill. Il en voulait sûrement pas que tout le monde le sache. Alors il faisait en sorte que personnes le sache. Il lui avait déjà assez fait la honte en faisant un article sur lui. Indirectement certes mais bon. Tout de même. Il l'avait supprimé bien sur. Dès sa première rencontre avec Bill.

Celui-ci avait observé toute la scène, et ne pu s'empêcher de rire. Ce qui apparemment le déconcentra le blond qui sursauta et fît voler le journal en l'air. Bill regretta immédiatement son action, et resta pétrifier. Merde, merde, merde.

Il eu deux secondes de silence puis, Tom rigola se rendant compte du ridicule de la situation. Leurs regards se croisèrent, et Bill croisa des pupilles rieuses et joyeuses. Il se gratta la tête, signe de gêne. « Prit en flagrant délits ! Désolé mais ton casier est impénétrable ! je devais pas avoir l'air fin...»

Bill ne répondit pas, mais cacha son visage dans ses mains gantées. Il riait de bon cœur. Tom était vraiment ridicule. Il entendit un rire se joindre aux siens. Celui de Bill s'arrêta net. Il écoutait le son le plus merveilleux au monde. Une ôde au bonheur raisonnait dans le couloir du lycée londonien. Tom c'était pencher et ramassa le journal et quelques dessins qui était fourré entre deux pages, éparpiller par terre. Bill le regarda faire, il se foutait complètement que son attitude parût impoli ou pas. Le rouge lui monta au joue quand il vit Tom toujours accroupi, le journal dans ses mains, le regardant avec amusement. « Tu es sûr que sa vas ? »

Le sang afflua dans les joues de l'interlocuteur, et fit mine de trifouiller son écharpe en laine, en hochant la tête. Tom se leva, remit en place son large tee shirt, et s'avança doucement de Bill, qui eu un petit mouvement de recul. Il n'avait pas l'habitude que quelqu'un le regarde, encore moins s'approche de lui. Ou alors c'était pour inconscient. Là sa ne l'était pas.

« Hey, relaxe toi...Je veux juste te le rendre... » Il le dit en secouant le journal doucement, comme pour prouver sa bonne fois. Il se remit en marche, et avança a quelques centimètre de Bill. Tom pouvait sentir l'odeur de bill. Il sentait comme...Comme quelqu'un de bien pouvait sentir. Une odeur qui vous donnait envie de vous approcher un peu plus, et de goûter. Quelques chose de sucré et réconfortant. Mais Tom ne pouvait pas avance car Bill Partirais en courant. Il reprit un peu de contenance et tendit doucement le journal à Bill. Il avait l'impression de communiquer avec un animal sauvage. Quoique Bill n'avait rien de sauvage, il ressemblait plus a un chat. Oui, un mignon petit chat.

C'est a ce moment la que Tom se rendit compte de la beauté de Bill. Bill était beau. Personne, même lui, ne pouvait le nier. C'était peut-être la raison pour lequel Il était si différent. Quand Bill fronça les sourcils, Tom crut voir une fille. Il leur ressemblait tellement- normal s'en était un...une ? Ugh. Sa bouche pulpeuse et rose devait être envié par bon nombre de fille, et ses yeux en amande savement maquillé était d'un charme effarant. Il n'avait pas pu bien apercevoir la couleur des yeux de Bill, mais il était sûr qu'ils étaient comme le reste : magnifique. Les traits fins du visage ovale de bill relevaient des dessins des plus grands artistes. Sa peau était pâle et laiteuse. Elle avait l'air douce. Tom aurait voulu la touché. Cette dernière pensée claqua comme une baffe dans l'esprit de Tom. Il était cinglé, putain.

De son côté Bill se triturait les méninges pour savoir la meilleur façon dont il devait prendre les chose. Ok, ils étaient a quelques centimètres l'un de l'autre, et il était sur que tom pouvait entendre les battements frénétiques de son cœur. C'était pourtant simple, tendre la main, et prendre ce foutu journal. Non. Non, son corps refusait catégoriquement de faire le moindre geste. « Bill ? » le sujet sursauta, et tendit une main tremblante vers le journal. « Wow...Bill, je ne vais pas te manger. Et regarde- moi...Je ne suis pas différent de ce que je t'écris...Enfin peut être en plus beau qui sait ! » Tom Rit encore. Bill eu envie de pleurer. Il était ridicule. Faire un blocage pareil pour si peu de chose. Mais ce n'était pas de sa faute. C'était la première fois que quelqu'un lui parlait. Vraiment. Alors...Il méritait peut-être un peu de temps. Pourtant on ne pouvait dire qu'il ne c'était pas préparé. Il avait imaginé tous les scénarios possible et imaginable, il se souvenais à la lettre de ce qu'il devait faire, il y a quelques minutes. Mais là, son cerveau était comme. Désert. Vide de tout. Remplit de Rien.


Tom roula de la gorge. Il se demandait si Bill allait finir par dire quelque chose. Est ce que c'était de sa faute ? Il ne voyait rien qu'il avait pu dire qui aurait pu le contrarier. Il se remit en tête tout ce qui gênait, importunait, énervait Bill, mais il n'avait rien dit de tout ça. Il soupira, déçu. Il voulait parler à Bill. Il n'avait pas l'habitude de ce genre de relation. Il avait eu du mal parfois, a ne pas arrêté tout, et aller voir Bill directement. Parfois quand il lisait les choses que Bill écrivait, Tom n'avait qu'une envie, c'est d'allez le prendre dans ses bras. Mais une telle chose était impossible. C'était ce dont Bill avait besoin pourtant. Tom en était sur. Mais il n'en avait peut-être pas besoin maintenant. Et sa frustrait beaucoup Tom.

« Excuse-moi » Une vois douce et carillonnante sonna dans l'air. Presque comme une supplique. Tom n'était pas sur de l'avoir entendu tellement elle avait été prononcé doucement. Il se demanda alors si sa ait été une allusion auditive, preuve qu'il avait vraiment un problème comme se tuait a lui rabacher ses amis, ou si Bill avait vraiment parlé. Enfin ?

« Que..Euh, quoi ? » il crut que Bill ne pouvait pas rougir plus que il y a quelques instant, il c'était encore une fois trompé. Les joues d'un rose charmant de Bill avaient virées a l'écarlate. Mais c'était toujours mignon. Il se mordit ma lèvre, se retenant de sourire se doutant bien que Bill le prendrait mal, et l regarda comme si c'était la chose la plus important au monde, s'apprêtant a gobé la moindre de ses paroles.

« Je suis désolé. Je dois te paraître stupide et bête. Je suis désolé. » Tom crut que sont cœur allait exploser. Un mélange d'excitation et de joie coulait dans ses veines, et sa peau semblait irradiée. C'était vraiment étrange. Tom, lui, souriait à pleine dents. La vois de Bill était douce et belle, un peu hésitante et charmante. Il aurait voulu l'entendre encore. Mais il savait l'éffort que sa avait fallu à Bill pour prononcer ses quelques mots, alors il allait s'arrêter là. Il analysa alors un quart de seconde, ce que Bill lui avait dit. Pourquoi était-il désolé ? il n'avait pas a l'être. C'était stupide. Vraiment. C'est lui qui devait être désolé. Il ne savait pas comment se comporté. Et c'est lui qui était stupide. Bill était vraiment...Incroyable. Tom rit sans humour, et dit tranquillement a Bill qui ne savait plus ou se mettre.

« tu n'as pas à l'être. Sa me conviens très bien. Je...Enfin. C'est moi qui suis désolé. J'ai du faire quelques chose qui t'as gêné sans m'en rendre compte. Alors...ouai. Chui ...Enfin. Désolé quoi. Vraiment. Je vais te laisser, parce que sinon je vais louper le dernier métro, et je n'ai vraiment pas envie de me tapé 23 pattés de maisons à pieds, Il rit encore, se grattât la tête, Alors, Je te dis a bientôt...j'espère ? »

Pour la première fois, Bill adressa un sourire a Tom, qui fut soudain traverser par une vague de sensation chaude. Wow, se dit-il. Il sourit gauchement, et posa le journal sur le rebord de la fenêtre juste à côté d'eux. Ne fois de nouveau en face de Bill, il se demanda qu'est ce qu'il devait faire...lui serrer la main ? Mauvaise idée...lui faire la bise ? Il n'était pas une fille...Enfin pas complètement. Peut-être...Tom sourit, Bill avait de nouveau la tête baissé, triturant ses doigt fins et soignés, comme une fille songea Tom, il prit la nuque de bill, et l'attira contre lui, Le cœur de Bill s'arrêta quand les lèvres de Tom toucha son front.

Se fut un instant magiquement excitant pour Bill. Personne ne lui avait jamais fait sa. Oui. C'était incroyable. Les lèvres de tom étaient douces, et chaudes, Et appuaient sur sa peau avec une force adéquate. Les mains sur ses cheveux étaient, elles par contre, froides, et ses doigts paraissaient longs et fins. Avant même que Bill ouvre les yeux, Tom n'était plus la.

Peut-être était-il resté comme à longtemps ? Bill ne sut pas.

Toute façon, Bill avait remarqué qu'il ne savait plus rien, quand Tom était proche de lui.



___________________________________________________________________________


Alooorsss ?

_________________

G.A.Y

Twincest.

Yuko, Panda, Ju', lu², Safaa, Chupa Chups Voix Sensuel, Steph' et tout les autres.

[L]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-manequin-yaoi-x.skyblog.com
xHugs



Féminin Nombre de messages : 175
Age : 23
Localisation : À Sunnydale, avec les vampires. ^w^
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Mar 28 Avr - 19:05

OMFG!

J'adore ta fic! HHAAA! J'adore ça!


Haha. J'ai hate de lire ta suite. (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.spikelovers.skyrock.com
Higanjima
Admin


Féminin Nombre de messages : 171
Age : 23
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Mer 29 Avr - 0:33

Oh Céline, comme c'est mignon !
On dirait une héroïne de shôjô Bill !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gay-paradise.1fr1.net
Celinicious



Féminin Nombre de messages : 103
Age : 22
Localisation : In his Arms...
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Jeu 4 Juin - 21:16

huhuh. Bah c'est un peu sa. je suis une Romantique caché Faut bien que je me lache sur cette fiction X) Aller, la suite après trop d'attente !

____________________________________________________________________________


Chapitre 8

Des rires se fissent entendre en-dehors de la chambre de Bill. Sa mère trouvait sa étrange, mais c'était sûrement de ses choses d'adolescent qu'elle ne pouvait pas comprendre. Il ne valait mieux pas le déranger. Mais les rires s'intensifia, et tout tournait vraiment à l'étrange, ces dernier temps. Bill était toujours si...Euh. Vous savez... Epanoui. Il sourie tout le temps, et était toujours de bonne humeur, en ce rendant à l'école. Il voulait même se rendre à l'école à pied, ce qui ne c'était pas produit depuis la première année de collège, le premier jour de classe.

Il voulait montrer à sa chère maman qu'il était un grand garçon. Et qu'il pouvait parfaitement se débrouiller tout seule. Ca sa mère en était parfaitement sur. Oui. Elle avait toujours eu confiance en bill. Il était tout ce qui avait de courageux. Et puis, il était un garçon très débrouillard. Son père n'était pas souvent là, car il était médecin. Donc, souvent appelé pour de diverse urgence. Par contre sa mère, travaillait. Elle avait été mère au foyer, pendant les roches années de la jeunesse de son seule et unique fils, pour profité au maximum de lui. Elle avait travaillé, avant sa grossesse, mais avait mit interne à sa carrière d'avocate pour son fils. Mais son travail lui manquait. Et des l'époque ou Bill s'enfermait dans sa chambre, et ne faisait rien d'autre que cela toute la journée...Isabelle c'est vraiment mit a...S'ennuyer. Elle avait donc repris le travail, et adorait travailler. Même si l'agent n'était pas un problème, elle n'avait jamais aimé se faire entretenir. et surtout, passé pour une profiteuse. Ca non. Alors...Les bureau et les tribunaux était le meilleur cadre, à cette époque de la vie. Elle trouvait encore le temps pour son fils. Elle le ramenait, et l'emmenais à l'école. Enfin. Elle devait vraiment utiliser le passé. Parce que c'était vraiment de l'histoire ancienne.

Elle entendit encore un autre éclat de rire de son fils, raisonner dans la cage d'escalier. Elle soupira. Il avait sûrement, un petit ou une petite amie. Elle sourit. Sa serait tellement bien, qu'il parle a quelqu'un d'autre qu'a son journal intime, et elle même. Elle espérait juste que, sa n'irais pas trop loin, et que son petit Bill ne relèverais pas des secret qui pourrait lui faire mal par la suite.

...


"- Tom, Tu es, tu es si...Si stupide !"
- Ouai, c'est ce qu'on me dis tout le temps."
-Vous avez des jeux étranges, avec vos amis ! "
-Ouai, Mais c'est marrant ! Et puis, on ne risque rien c'est pas comme si elles allaient nous courir après avec le slip sur les chevilles, les vielles dame affriolantes !
-Oui à même temps ! "

Tom rigola encore au bout du fils, puis un silence apaisant suivit. Ca devait en être au ...vingtième appel de la semaine, à Tom ? Bill l'appelait souvent maintenant. Et son journal commençait à accumulé de la poussière. Effectivement. Quelques jours après son premier appel. Une semaine avait passé. Bill n'avait pas osé le rappeler. Même après la supplication de Tom. Enfin, n'exagérons rien, la demande polis de Tom. Mais, il avait finalement réussit a l'appeler, et il le faisait, parfois, plusieurs fois dans la journée. Bill adorait entendre la voix de Tom au téléphone. Il avait toujours une superbe voix, et il ne semblait jamais s'en lasser. C'était d'ailleurs assez frustrant. A peine avait-il raccroché le téléphone, qu'il n'avait qu'une seule envie, c'est de rappeler. Tom inspirait en lui cette envie constante, comme un feu qui ne s'arrêtait jamais de brûler au fond de lui; il ressentait un douce douleur, au fond de ses tripes, quand il lui parlait. Et même quand Tom prononçait son prénom; La c'était un brasier qui s'ouvrait, et s'engouffrait dans son cerveau, et ne lui laissait aucun répit. Il était sur de pouvoir parler à Tom une éternité sans se lassé.

Bill ne voulait absolument pas e dire à Tom, mais il éprouvait des sentiments un peu trop fort, et fougueux que ce que l'ont doit normalement ressentir pour un ami. Enfin, il ne connaissait pas le sujet en profondeur, mais est ce que les amis rêvait des autre amis le soir ? Et ce pas de manière très...Catholique allons nous dire, pour restez dans le politiquement correcte. c'est aussi pourquoi Bill, éprouvait le besoin d'appeler tout le temps Tom, pour se rassurerez que ce dont il rêvait, restât du domaine du rêve, et sa rattacher a la vérité. Vérité qu'il en voulait tout simplement ne pas accepter? Qui sait. C'est vrai quoi. Tom ne pouvait pas l'aimer. Enfin. Bill ne savait pas s'il voulait que Tom l'aime ! âpres tout. Lui ne l'aimais pas, n'est ce pas ? Bah oui. Qu'elle idée !

Qui voudrait de Bill ? Bill était une chose. Oui, il fallait l'avouer, une chose. Il ne savait jamais qu'elle case cocher dans les questionnaires stupide " Femme " " Homme " ...Est ce qu'il pouvait rajouter, une case, Marquer " Hermaphrodite " ? Qui voudrait de lui ? Sérieusement ? Surtout quand on savait tout les détails. Comme Tom. Et puis Tom n'état pas homosexuelle, il était avec Jade. La Femme pas excellence. Belle poitrine, belles fesses. Pas trop gros, pas trop petit (Les seins et les fesses hein ) des longs cheveux brun presque noir, avec une frange carré très épaisse, un corps de rêve. Elle n'avait pas de style particulier. Très classique. Elle ne trainait pas avec les miss populaire du lycée. Jade paraissait apprécier. Sans plus. Elle avait sa bande d'amis. Les même que Tom à peu près. Et vivait une vie assez tranquille. Tom n'avait jamais entendu de rumeur a propos d'elle. C'était une gentille fille. Bill n'était juste...Rien.

Un raclement de gorge a l'autre bout du téléphone rappela Bill a l'ordre. il reteint ses quelques larmes, dont il n'avait pas prévu la venue, et se força a sourire, même si celui a qui il était adressé ne pouvait ni le voir, ni lui répondre. Bill entendit un petit crie derrière le Téléphone, puis une gros bruit sourd. Ensuite une respiration haletante, et une multitude d'insulte jeter a un meuble quelque conque. Bill éclata de rire.

" - Qu'est ce qui t'arrive ?
- Non mais je me balançait a ma chaise et puis...Bah jme suis fracassé la gueule quoi !"

Bill eu un autre excès de rire qu'il n'essaya même pas de contrôler. Il état tellement libre, et sans retenue avec tom, que sa en devenait effrayant. il en se reconnaissait plus. Comment quelqu'un peu changer autant en si peu de temps ?

"- Non mais je me suis fait mal !
- Eh bien si tu sais que tu peux te faire mal, pourquoi le fais tu ? Je rêve !
- Maman, c'est toi ?
- Je ne suis pas ta mère ! "

Gloussa Bill, n'étant même pas vexer, Tom faisait souvent des blagues sur l'hermaphrodisme de Bill. Et le concerner trouvait sa toujours très marrant. Même si parfois elle le gênait. Lui rappelait que Tom savait tout. Et qu'il ne l'avait pas oublié. Mais vaux mieux en rire qu'en pleurer, non ?

Tom avait toujours des commentaires stupides, qui amenaient à des conversations stupides, à propos de chose sans rapport avec le sujet précèdent. Et pourtant, c'était toujours amusant. Parfois il ramenait Tom à l'ordre, parce que...parfois il devait un peu trop du sujet principal. Mais bon, bien souvent, il laissait tom parler. Juste pour sa voix. Sa belle voix.

" - Tu sais, ils sont sympa, mes potes.
- j'en suis sur...
- je suis sur qu'ils t'apprécieraient, et que tu les apprécierais.
-Je n'en suis pas aussi sur.
-Ah ouai ?
-Ouai.
-Oh tu recommences!
- Okey, c'est un mot 'favoris' Ouai, mais ce n'est pas comme si j'avais a le prononcé souvent!
- C'est vrai aussi !"

les liens c'était tissé entre eux, auparavant. Mais il était encore plus fort maintenant. Il entretenait un autre rapport. Bill ne pouvait pas dire ce qui avait changé entre eux. Mais...Quelques chose c'était ...c'était débloqué. C'est vrai que Bill parlait vraiment librement. Faisait des phrases...Grammaticalement correctes. Avec un verbe et un groupe nominal. Même si il arrivait encore à Bill d'hésité, et de dire des choses si incohérentes. Mais ce n'était pas de sa faute. Bill ne pouvait pas s'empêcher d'être si déconcentré par Tom que sa en devenait gênant. Même au téléphone. Il n'arrivait pas a gérer ça et qui sais, peut-être qu'il ne le gérerait jamais ? Et il était sur que Tom le savait. Il en jouait. Quel petit con. Charmant, petit con.

" - Bill, tu sais on se voit Mercredi au Parc...si tu veux, tu peux venir.
-Tom non je-
-Oh merde Bill! Tu sais que je pourrais te voir partout. Même dans les toilettes du lycée s tu veux. Tout ce que je veux, c'est te voir !
-Non.
-Bon, Désolé je juste vouloir voir mon ami.
-Mais Tom, Je ne peux pas être avec tout ce monde dehors...Et surtout vu par tout se monde. Pourquoi? Enfin...tu sais.. Tu as vu la première fois qu'on c'est u, même pas 15 minutes, je ne pourrais même pas sortir un mot...Je-
-Attend, on se connaît plutôt bien non, et la tu me parles comme..Enfin...tu vois! On se parle !
- Ouai mais c'est parce que tu est a des centaine de mètre de mois. Voir millier. Forcement, c'est plus facile.
- de toute façon c'est bien simple, tu ne veux que personne ne t'approche de près ou de loin. je ne sais pas par quel miracle j'ai réussis a faire ça ! tu n'es qu'un putain d'asociale Bill !
- Mais bon sens qu'est ce que tu attends de moi ?!
- Que tu te rendes compte que ce n'est pas une vrai vie ce que tu vie, bordel Bill ! Ce ne sont que quelque mots a prononcé, et des discutions ! C'est quelques choses de si normal pour des gens normaux!
- Est ce que tu veux dire que je ne suis pas normal ?
- Non je veux dire que j'en ai marre d'entretenir des relations amicales avec ton putain de téléphone, et par voix interposé ! "

Le ton de Tom avait monté, et celui de Bill n'allait pas tardé a monté lui aussi. il avait eu cent fois la même discussions. Bill n'allait pas céder. Mais d'habitude Tom laissait tombé, et finissait par avoir un ton plus doux, et s'excuse. Pourquoi Bill sentait alors cette douleur dans son ventre, pas si agréable que celle de il y a quelque minutes, lui léché la gorge, et lui faire si mal ? La chose si bonne qui c'était-elle brisé ? Non. Elle ne pouvait pas se brisé ! Bill s'y était trop accroché !

" Oui mais...Si je ne peux pas ? Tu me ...tout cela me gêne tellement !?
- Comme tout le monde lorsque qu'on commence a avoir des potes ! Mais sa passe bon sens ! tu as si peur du nouveau ? Sors de chez toi ! Commence une vie ?! Tu compte rester comme sa toute ta vie ? Enfermer chez toi avec son stupide journal ! ?
-Stupide journal ?
- Ou alors ça a peut être rapport avec cette putain de femme que tu es !? "

Tom cru ne pas en croire ces oreilles ! Comment osait-il ? Il était entrain de recevoir tout ses secrets les plus durs à la figure. Comment pouvait-il ? Comment osait-il lui dire de telle horreur?! Tom lui avait pourtant promis que sa , n'arriverais jamais ? Comment en était il arrivé là ? Comment pouvait-il lui dire qu'il n'était qu'une putain de femme avec un stupide journal ? La Bill n'était plus en colère ou énervé il avait juste envie de tout foutre en l'air. L'envoyé au diable ...Il était triste. Tom le décevait Toute ces camaraderie, et million de mots écrit sur les pages de son journal-stupide, n'étaient donc que supercheries? Les flammes dans sa gorge se transformèrent en boules, et remontait dangereusement le long de sa gorge.

"- Oh seigneur...Je n'arrive pas à croire que tu dise ça !
- Je vois...
- j'en ai marre d'avoir tout le temps la même conversation avec toi, Tom ! Merde, je ne peux pas tout simplement ! Il est peut être temps...de...tu sais...Arrêter un peu.
- Oui...Tu as raison...je ...Je vais raccrocher. Je t'envoie un sms ce soir ok ? "

Bill secoua doucement sa tête, pourtant conscient que son interlocuteur ne pouvait pas le voir. Mais ce gestes était un façon de se dire aussi, que ce qu'il allait dire n'était pas la plus grande connerie de sa vie. Sentant les sanglots dévalés sa colonne vertébrale, et sa gorge. Son nez commençait déjà à couler. Et ses yeux lui piquaient. il se laissa lentement doucement contre le pied de son lit, ses jambes tremblaient elles aussi. Son chat cacher en dessous vint se coller a sa jambe droite et se serrer tout contre sa peau maintenant froide.

"- Non...je veux dire...Arrêter ...de ce parler pendant un moment..."

Il y eu un grand silence. Puis les bips agaçant du téléphone lui répondirent enfin. Sur l'écran s'affichait

" Fin de l'appel
Temps : 46:23 sec "

Et Bill eut l'impression, que le mot appel était remplacé par " relation" et "sec" par " jours".

...

Les éclats de rire avaient été remplacés par des éclats de voix. Puis des sanglots déchirants. Terminer par un silence complet, comblé par de la musique classique envahissant tout bruit possible, les étouffants sans peine.
Tout était finalement, revenu dans la normale.

_________________

G.A.Y

Twincest.

Yuko, Panda, Ju', lu², Safaa, Chupa Chups Voix Sensuel, Steph' et tout les autres.

[L]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-manequin-yaoi-x.skyblog.com
Higanjima
Admin


Féminin Nombre de messages : 171
Age : 23
Date d'inscription : 25/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Sam 13 Juin - 2:45

Oh comment Tom se lâche ! Il craque le slip !

On veut la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gay-paradise.1fr1.net
Celinicious



Féminin Nombre de messages : 103
Age : 22
Localisation : In his Arms...
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Sam 13 Juin - 14:46

La suite :

___________________________________________________________________________

Chapitre 9

"- Et je te jure mec...La façon dont il l'a dit...j'avais juste l'impression que...je sais pas trop. Je crois qu'il était sur le point de pleurer.
- Tom je crois que t'a trop bu. Sérieux. Arrête.
-Je suis conscient de ce que jte dis. Il chialait au téléphone mec !
- Mais c'est qui ?
- Je...Un mec...Tu ne le connais pas !
-Dis qu'a même !
-Ta gueule. "

Tom pris une deniere gorgée de son Coca Cola® Et le fourra avec rage dans son sac. Il avait eu la discussion avec Bill il y a deux jours. Ne pouvant évidement pas dire ce genre de chose à sa copine, Jade, alors, il le disait a son meilleur ami, Georg. Georg, qui d'ailleurs n'avait pas l'air de trop comprendre cette affaire. Normale, Tom ne comprenait pas très bien non plus. Pourquoi c'était-il tant vexer ? Non il n'était même pas vexer, pire, il était triste. Il finit de fermer son cartable en un grand coup de pied dedans. Georg sursauta

" -Calme Mec, ça va ?
-Franchement ?
-Euh...ouai. Mais je connais la réponse. Attend, si je comprends bien, tu ne connais pas ce type ?
- Ugh...Ouai.
- Mais...Tu lui parle au téléphone, et tu es...Comment dire sa...un genre d'ami virtuelle ou une connerie dans le genre ?
- Non! Tu ne pige pas là ! Je ne suis pas virtuelle. Il sait qui je suis et moi aussi. je sais qui il est. Je le vois, tu vois ? Et moi aussi ! Et genre...il ne veut pas qu'on se voit...Chai pas comment dire sa ...
- il préfère rester ...éloigné de toi ? Il a peur de toi ?
- Non ! Bon dieu j'espère que non. Je fais peur ?
- Quand ta la gueule de bois, à fond ! "

Georg reçu un coup de point dans l'épaule, et rigola. Tom avait l'air préoccupé quelques jours. Enfin seulement 48h. il était ronchon. Et donc pas marrant, et pas partant pour les coups un peu foireux qui les faisait rire tout les deux. EN plus il avait cette mine...Enfin. Cette mine déconfite qu'il avait déjà affichée avant. Il ne sût pas se rappeler à qu'elle occasion. Mais il l'avait déjà vu, et sa l'inquiétait. Il l'avait donc choppé à la pause déjeuné pour en parler. D'homme à homme quand comme il aimait le dire. Sa faisait très officiel.

" - Putain...c'est trop bisard !
- Et tu ne peux pas savoir à qu'elle point !
- Et pourquoi il c'est genre...Fâché ?
- parce que...je voulais qu'on se voie. En 'vrai' tu vois ? J'en avais marre de lui parler que par téléphone...Et la...Bah sa a été plus fort que moi...je ne sais pas ce type est si...on dirait qu'il a peur...D'être entouré de gens. Ca fait peur. Je veux juste le sortir de sa putain de chambre.
- Tu veux dire lui faire voir son salon ?"

Georg voulait éclater de rire mais ce retenait, le temps que son ami comprenne sa super blague. Un ange passa...

" - Quoi ?
- Bah, logiquement il est qu'a même déjà sortit de sa chambre...genre pour allez dans son salon ! "

Tom roula des yeux et se leva en attrapant rapidement son sac, Avec Georg, Un conversation sérieuses n'était pas possible. Le sujet rit a sa blague foireuse, et retenu son ami par son pantalon, et le fit rasseoir rapidement. Il avait toujours été plus fort que lui. Et ce depuis la primaire, ou il c'était connu. C'était toujours lui qui gagnait les bagarres pour les jouets. Et sa c'était plutôt bien. Mais là, Tom le battait dans un autre sport et il en pouvait rien y faire : Les filles. Oui, il ne pouvait vraiment rien n'y faire. Tom était beau. Sa ...c'était une force visible et sans doute. Il l'avait toujours trouvé beau. Pas qu'il soit homosexuelle. Pitié. Non mais il fallait l'avouer, que déjà petit, il avait beaucoup de charisme et une petit bouille d'ange- Les maîtresses n'y avait jamais résisté. Et la bouille d'ange c'était transformer en quelques chose de plus classe, et allongé. Presque féminin, ce qui lui valait plusieurs vannes toute aussi foireuses que la dernière. Mais ce n'était pas méchant. Tom avait un corps musclé, et assez envié. Le sport y était pour beaucoup. Tom n'aimait pas rester sur place pendant plus de trente minutes. Contrairement à Georg. Un gros fainéant.

Il n'était pas dans la même école que Tom. La ils étaient dehors, dans un parc avec des sandwich et des boissons prise dans un pub pas loin de la. Ils se retrouvaient 3 fois par semaine. a la même heure, au même endroit. Sauf si changement imprévu. Georg était étudiant en médecine. Plus précisément kinésithérapeute. Il ne sait pas exactement pourquoi il avait choisis ça. Toute façon, c'était sois sa sois l'école militaire. Mais comme dis plus haut : Georg était un flemmard. Donc...

" - Il te fais pitié ?
- Non! Pas du tout. Ce n'est pas de la pitié c'est juste...de la compassion. Ouai tu vas me prenne pour un digue mais...Il est tellement..Si tu savais. Il a toujours peu qu'on se moque de lui, et ...IL a peur qu'on le voit...Il a peur de ce comporté normalement. je sais de quoi sa viens. il ne veux pas qu'on découvre qui il est réellement et-
- serait-il un allien ?! Ok ,ok je me tais.
- ...je ne sais toujours pas pourquoi on t'a accepté dans ta Fac, sérieux tu es tellement...bref. Donc je disais, Il a peur que tout le monde découvre qui il est réellement, et sa le bloque pour absolument tout ! Après les cours, il cour chez lui, il n'a aucun ami, aucun site internet, ou même adresse E-mail. Il joue au tennis tout seule, enfin avec un entraîneur mais bon. Il ne parle pas encore. Et la plus part des élèves ne savent même pas qu'il existe !
- wow...Mais qu'il il est vraiment... ? Enfin qu'est ce qu'il ne veux pas qu'on découvre ?
- Jpeux pas dire.
- Enculé.
- Va te faire foutre.
- C'est ce que je fais ! "

Tom eu un petit rire. Puis soupira. Et mit son visage dans ses mains. Relâcha tout ses muscles. Sa le travaillait depuis un certain moment. Déjà avant la dispute. Comment décoincer Bill ? Il trouvait que Georg était la meilleur personne pour en parlé; Il n'allait pas le dire a ses amis, ils auraient tout de suite cherché à savoir qui c'était et aurait limite mener l'enquête ! Non non. Ce n'était définitivement pas la chose à faire. Il ne voulait pas empirer les choses. Georg brisa le silence.

"- Et pourquoi tu me dis tout ça ? Tu veux de l'aide ? Ou un truc dans le genre conseil ?
- Ouai. Sa serait bien. Et surtout....Je dois me comporter comment avec lui?
- Hum...Laisse moi réfléchir. "

Georg se leva, posa un pied sur le banc, posa son coude sur le genoux, et serra son menton entre son pousse et son index. Position du penseur. Tom eu un grand rire. Que sont ami était con !

" - Georg putain !
- Ok,ok ! "

Il se rassit.

" Je pense que tu devrais...Lui montrer que...que toi tu n'as pas honte d'être avec lui...Met le a l'aise avec toi. Je ne sais pas...Il est dans ton école ?
- Ouai
- Alors dis lui bonjours quand tu le vois. Dans ta classe ?
- Ouai
- Passe-lui des mots !
- Ca fait collégiens !
- t'es resté au primaire dans ta tête sa devrait pas te gêner !
- Ah, Ah.
- Je rigoooole. Petit pingouin ! Enfin tu vois. tu fais comme tu le sens. Envois lui un sms.
- Ouai. Okey. Je vais voir sa. J'avais penser...tu pense que sa serait bien d'aller...tsai genre le voir...Chez lui ?
- Vas-y doucement avec lui. Vue ce que tu me dis de lui...Je pense que c'est une énorme timide. tu risque de lui faire avoir une crise cardiaque ! Le pauvre ! Il risque de mourir sous tes yeux hein ! Non sérieux ris pas. quand tu sentiras qu'il se...détend un peu. et quand il répondras a tes bonjours...La vous pourrez ...continuez a vous appelez...Et peut être que tu pourras lui faire la surprise. En plus c'est bien chez lui, il se sentira pas trop dépaysé. A par qu'il y aura un bombe sexuelle dans son salon m'enfin !
- Arrête ça !
- Rooh, je plaisante putain. Sinon...t'en a parlé a Jade ? Peut être qu'elle peu mieux t'aider.
- Euh non.
- Tu ne lui en as pas parlé ? Pourquoi ?
- hum...J'ai un peu...Peur de sa réaction.
- Attend ce n'est pas une fille ! Elle ne devrait pas se sentir menacé....Ou ...Si ? "

Est ce que son pote était en train de virer homo ? Tom se leva précipitamment, et fit de grands gestes de négations.

" - Non non ! Attend, arrête déconne pas !
- Je ne déconne pas. C'est juste que...Attend. Est ce que ce mec est gay ?
- Je ne sais pas.
- Putain.
- Quoi ?
- Si il est gay...
- quoi si il est gay ?
- Bah...Il pourrait être amoureux de toi...Ou attirer. Un truc dans le genre...!
- Ne - Dis pas de connerie ! "

Le cœur de Tom battait à cent a l'heure rien que d'y penser. Est ce que Bill pourrait être...Comme tomber amoureux de lui ? Parce lui ce n'était pas le cas. Okey, Bill était beau, il l'avait plusieurs fois observé jouer au tennis, et même à l'école. Quand pendant la récréé il se croyait cacher sous les grands arbres du parc intérieur, lisant derrière les bancs. Mais tom, lui, le voyait. Parfois il souriait toute seule. Blague littéraires, Tom se disait. Il avait eu plusieurs fois envie d'aller le voir. Mais il c'était dis que Bill s'enfuirais. Un truc comme sa. Il l'avait aussi beaucoup regardé lors de leur rencontre dans le couloir le jour premier jour d'hiver. Il se rappela des pensé qu'il avait eu. Putain...

"- A qui tu pense pour avoir un sourire de pervers pareil ? Jade hein ? Dis moi tout qu'est ce qu'elle t'a encore fais comme plaisir, cette petite cochonne !
- Hein ? Quoi ?
- tu pensais à Jade ?
- Qui ça ? "

Georg se rendit alors compte, que Tom n'était pas perturbé par ce qu'il allait faire avec Bill. Ce n'était pas qu'une simple dispute entre ami. Ou un truc du genre. Tom pensait très sérieusement a sa. il voulait carrément les réconcilier. La réconciliation impliquant un certains nombre d'attachement. Georg se rendit alors comte, que ce n'était pas de simple attachement amicale. Tom était entrain de s'éprendre de ce jeune garçon...

Comment le savait-Il ? Parce que le sourire qu'il venait d'avoir a la pensée de Bill, et la réaction qu'il avait eu quand il avait sortit Bill de sa rêverie, c'était la même qu'au début de la relation avec Jade.
il se rappela aussi soudain pourquoi l'expression si renfrogné de Tom lui disait quelques chose, c'était lors de sa premier dispute violente avec Jade. Elle lui avait dis qu'elle ne voulait plus le voir. Et l'avait giflé. Et ceux parce que Tom avait pris une fille un peu trop près et dangereuse dans les bras. Tom avait essayé pendant une semaine de trouvé le moyens de ce faire pardonné. Et il avait eu, pendant une semaine, cette expression là. Merde.

"- Okey, je crois que tu m'as pas tout dis, mon gars. "

_________________

G.A.Y

Twincest.

Yuko, Panda, Ju', lu², Safaa, Chupa Chups Voix Sensuel, Steph' et tout les autres.

[L]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-manequin-yaoi-x.skyblog.com
xHugs



Féminin Nombre de messages : 175
Age : 23
Localisation : À Sunnydale, avec les vampires. ^w^
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Dim 14 Juin - 8:35

JE VEUX LA SUITE!

J'adore tellement tes fictions!
Comment tu fais pour écrire aussi bien O :
Pas dans le sens ''Tu ne fais pas de faute la.''
Bref, tu avais compris!

Fait la suite sinon je t'envois un baffe en livraison express du Canada. (:

*Je suis fatuiguée, comprenez-moi!! xD*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.spikelovers.skyrock.com
Celinicious



Féminin Nombre de messages : 103
Age : 22
Localisation : In his Arms...
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Ven 19 Juin - 18:25

:O...J'ai peur de recevoir un Colis emposoné, alors voilà : D


Chapitre 10

" Non maman, s'il te plaît viens me chercher, j'ai trop mal ! ...Maman! Serieux! Papa ne peux pas venir me chercher. Il a une réunion, ou une urgence...Ou une réunion urgante j'en sais rien mais, maman, j'ai juste trop mal au ventre, et j'ai pas mes médocs, ils sont dans mon sac de sport ! Oui...Oui...Ok...S'il te plait fais vite ...Merci maman. A toute à l'heure." Bill raccocha son téléphone. Et se roula en boule contre le mur sur son banc près du hall d'entrés, espérant que la chaleur qui se dégageait calemarais peut être ses maux de ventres.

Il n'avait pas prévu que sa tomberait aujourd'hu. Enfait il n'avait même pas pensé a cela, ses derniers temps. une expliqcation serait sûrement la bienvenu. Bill avait mal au ventre, parce que normalement, il devait avoir ses règles. mais n'ayant pas de...d'appareil génitale apparent, il en avait seulement les symptômes. Et uniquement les symptomes. Il soufrait donc pendant 4 jours de maux de ventre et de dos intenses tout les mois. Seulement il se trouvait, que aujourd'hui il était en cours, et que les maux de ventre c'était manifesté pendant le cours de biochimie. Certes, ça lui produisait une très bonne excuse pour sécher se cours inutile de deux heures avec une professeur à la voix monotone et plus endormante qu'un berceuse. Mais ce n'était pas plus réjouissant.

Il allait devoir se tordre de douleur pendant à peu près 30 minutes, en attendant que sa mère vienne le cherché. il soupira et tressaillit sous la douleur. Il eût l'impression que des milliers d'aiguilles traversaient son ventre en s'efforçant de bien touché chacun de ses os, et muscles.


Le mot qu'il tenait a la main fût réduit en miette, et il dût s'asseoir sur le muret qui bordait la cour de l'école, vide d'élève à sa grande chance, pour ne pas sombrer dans la douleur. Se roulant en boule et essayant de calmé les larmes qui allait rouler sur ses joues, il se balança d'avant en arrière, régulant sa respiration devenu haletante, et ses sueurs froides. Comment les filles, les vrai, pouvaient-elles enduré une tel douleur ? C'était horrible ! Alors en plus il en supportait pas la vue du sang, le sien ça allait, mais voir du sang qui s'écoulait de cette ...endroit là sa devait vraiment être répugnant. De la bile remonta le long de sa gorge, il ouvrit grand les yeux s'accrochant soudainement au petit mur en béton comme une moule à son rocher. Les murs jaunes et beiges étaient devenus un peu verdâtres et gris. Il allait vraiment se sentir mal.

Bill plongea sa tête dans ses mains, essayant d'arrêter de faire danser les mûrs autour de lui, et stopper cette arc-en-ciel de couleurs dans sa tête, alors, soudain, il se sentit porter. Un surveillant l'avait-il vu ? Et peut-être avait-il décidé d'être sympa -pas courant chez les surveillant, et l'emmène à l'infirmerie. Mais ça ne paraissait pas être un surveillant, et ce n'était pas l'odeur horripilante et désagréable de l'infirmerie. Vous savez, cette odeur de Javel et de désinfectant, qui vous comprime les poumons dès que vous avancé dans les couloirs d'un dentiste, ou d'un hôpital. Sa sentait plutôt...l'urine, et le vieux papier, un tout petit peu de Javel et...Beaucoup de testostérone. Il se sentit poser contre ce qui devait être le rabat de la lunette des toilettes, et quelqu'un s'agenouiller devant lui. Il n'avait pas la force- et surtout le courage, de regarder qui sait. Il se contenta d'un geste brusque, agile et rapide, de s'agenouiller lui aussi, en bousculant le corps imposant à sa place il y à quelques secondes, relevé le rabat et la lunette et toilettes, et de vomir tout ce qu'il avait ingurgité ce matin, c'est à dire du jus de pomme, et ...une pomme. Quel Diversité. Mais c'est fou en combien les choses se transforme hein ! La personne se contenta de soupiré, elle avait l'air inquiète, et de tenir les long cheveux lissés de Bill en queue de cheval sur sa tête, évitant alors de touché le liquide ragoûtant.

Elle fût patiente, car la tâche fût longue, et surtout pas très agréable pour les sens. Les bruits de vomissement n'étaient pas les plus mélodieux, et les larmes étouffées de Bill n'étaient pas belle à voir. Après le ventre complètement vide, Bill cracha une dernière fois dans la cuvette de toilette, et tira la chasse d'un mouvement pressé. Honteux d'infligé ce spectacle à un inconnu. Inconnu qu'il n'avait toujours pas vu. Ce dernier lâcha ses cheveux, qui retombèrent souplements et se dispersèrent sur ses fines épaules, et sur son dos comme si le vent les avaient effleurés. Bill mit sa main devant sa bouche, et ferma fort les yeux en se levant, luttant contre la douleur, et la timidité qui elle aussi montait en vague. Il courut presque pour aller prendre quelques gorgé d'eau et les recrachées par la suite, pour avoir une haleine un peu près correcte après ça. Il hésita entre regarder son reflet, et donc celui du gentil inconnu dans le miroir, ou passez une grand coup d'eau froide sur le visage, suivit de près par du papier toilette qui enlèvera (ou étalera) le maquillage dégoulinant. Il choisis la premier option, non pas par curiosité envers l'identité de son sauveur, mais envers lui même. Bah oui, Il avait l'air de quoi ?

Bill remonta alors doucement la tête, et découvrit un visage extrêmement pâle et tiré par la douleur, des yeux rouges et ravagés d'inquiétude autour desquelles de maquillage c'était étalé et/ou dispersé anarchiquement et un peu de morve lui coulant du nez. Il poussa un petit cri féminin de terreur, et courir vers les distributeur de papier toilettes, en arrachant un bonne poignée, et frotta son visage, à s'en faire mal. Il entendit alors un éclat de rire tout derrière lui, qui le fit sursauté, il avait presque oublié qu'il était là. Tellement focalisé sur lui même, et sur son apparence, qu'il avait oublié de regardé qui son inconnue était. Mais...Il connaissait cette éclat de rire. Son sang se glaça dans ses veines non, non. Après tant d'effort d'ignorance total, ou presque ( il n'avait pas essayer de l'ignoré, il ne se voyait même pas, et quand Bill le voyait, Tom lui, ne le voyait pas. Même ne essayant de faire croire qu'il l'ignorait, il passait pour un débile. Alors...), il ne pouvait pas s'être fais avoir aussi facilement. Non. Il refusait cela.

Quelques secondes passèrent, remplit du seul bruit du rire des poumons de l'inconnu qui n'était plus, puis le rire se calma, pour refaire place au silence. Bill mordait sa lèvre furieusement, cherchant la meilleur façon de fuir, sans trop laisser de chance à Tom de l'attraper. Mais son cerveau avait apparemment décidé de faire une grève. Eh bien...On allait faire sans. Il tressaillit quand il entendit Tom se rapprocher un peu plus de lui. Ses sens se mire à partir en vrille, sa température augmenta, il eu un gros frisson quand il sentit son odeur prés de la sienne, et ses bras se mirent a trembler quand il sentit sa main venir touché son épaule frêle. Il se rappela alors que Tom l'avait porter, ses mains avait été sur lui. Les endroits ou il avait posé ses mains se mirent alors brûler, comme des anciennes blessures qui se réveillait soudain. Il crut qu'il allait s'évanouir quand il entendit sa voix rauque lui demandé gentiment :

"- Est ce que tu es sur que ça va ? "

Question stupide. Si sa allait ? Eh bien il venait de vomir, et Dieu seule sait combien il détestait ça, en plus devant quelqu'un, c'était peut être, et pour l'instant le pire jour de sa vie après celui de sa naissance, et il allait passé encore une fois pour un parfait abrutit devant quelqu'un qui en avait déjà vu assez, surtout qui en savait assez! Il avait juste envie de répondre, sèchement :

"- Non. "

La main sursauta, apparemment aussi surprise que l'expéditeur d'entendre sa voix répondre, certes avec un seul mot, mais répondre tout de même a une question posé, réellement. Il y eu une minute de silence tendu, puis un raclement de gorge qui détendit étrangement l'atmosphère.

"- Question conne. Je t'ai vu tu sais dans la cours. Tu était presque vert. j'ai crut que tu était a moitié morte, euh je veux dire mort, enfin tu vois. Puis tu as mis ta tête dans tes mains et je me suis dis que tu préférerait vomir maintenant, plutôt qu'après avoir ingurgité les médicaments de notre cher infirmière...."

Bill acquiesça doucement, en se demandant si cela suffirais à le faire partir. Mais il attendait sûrement qu'il le remercie...ou quelques chose comme sa. Mais Tom n'attendait pas de remerciement, à vrai dire il s'en foutait royalement, il avait aimer aidé Bill. Le porté. Bill était léger. presque trop, sa l'inquiétait un peu, il se demandait si il se nourrissait assez...Il était vraiment maigre dans ses bras. Etait-ce normale ? Il secoua vivement la tête, Ce n'était pas important pour le moment, il ne pourra pas lui poser de questions, si il ne réussissait pas a se faire pardonner. Bill lui en voulait sûrement.

Même lui s'en voulait. Comment avait-il pût lui parler de la sorte ? Comment avait-il pu le faire pleuré ? Bon sens il avait fait pleuré Bill ! Ces dernier jours il avait, dès qu'il fermais les yeux, il voyait la jolie frimousse de Bill, dévasté par la tristesse et les larmes. Ces grands yeux de biche noisettes clairs, luisants d'eau salés qui dévalerait ses joues pour finir à la commissure de ses lèvres pulpeuses et roses. Il ne pouvait définitivement pas tourné la page de...de quoi ? de leur relations ? Etait-ce qu'on pouvait appelé une relation ? Roh, Merde Tom, ce n'est pas le moment de ce poser les question existentielle sur lui et moi maintenant. Essais plutôt de te faire pardonner, là maintenant !


"- Bill...je...Je voudrais m'excuse pour ce que j'ai dis au téléphone l'autre jour. J'ai...j'ai exagéré. En fait...on je n'aurais même pas dût prononcé tout à ...C'est dégueulasse, je peux pas te juger. J'ai jurer de pas le faire et je l'ai fais...C'est vraiment...Enfin...Vraiment désolé. Putain je m'en veux tu ne sais pas à quel point. J'y ai pensé pendant des jours ! Entiers! Ca m'obsédait tu...Putain je t'ai entendu sangloter dans le téléphone et jme suis dis merde je le fais pleuré, j'ai pas le droit , il compte sur moi mais...Mais tu sais c'est dure pour moi aussi, j'ai tellement pas l'habitude de ce genre de ...De ...Communication, que...Je ne sais pas comment m'y prendre avec toi ! j'ai peur que...Que tu t'enfuis en courant si...Si je dis une chose de travers, que je fais une vanne foireuse comme j'en ai l'habitude ! J'ai tellement peur de plus...De plus pouvoir te voir. Et surtout tu sais...Je veux pas t'entendre pleuré encore ! C'était vraiment terrible...Putain Tu sais que tu me fais dire des trucs pas normaux pour moi ? On dirait un putain de fille. Enfin je veux dire Oh merde. Tu vois ? je suis vraiment stupide et con et, et tout ce que tu veux qui est le contraire d'intelligent. "

Toujours de dos, Bill souriait à travers des larmes de joie. Tom c'était excusé il avait même di. Il avait dis qu'il comptait pour lui, et qu'il ne devait pas pleuré. Il avait dis plus que ce que Bill espérait, plus même que dans ses rêves. Enfin...Oui, les rêves les plus doux hein. Bill se sentit rougir a cette idées. Il était vraiment dérangé. un sanglot secoua son corps, et il eu un peu de mal a tenir l'équilibre,il faillit tombé quand les bras protecteur et fort de Tom vint l' entourés. Le corps de Tom était chaud, et le réchauffait à la perfection dans le froid du carrelage des toilettes homme du lycée, en ce mois de décembre. Il en portait qu'un col rouler bleu foncé, et un jean assez clair.Il avait oublié sa veste blanche dans la salle de classe. Son dos était en contact avec le torse de Tom. Torse qui semblait être assez dure, et musclé. Il rougit comme une collégienne devant un professeur de mathématiques très mignon, et détourna les yeux des mains de Tom sur son bras.

Essayant de rassemblé le peu de chose assez cohérente qu'il pouvait faire en le moins de temps possible, et se releva rapidement et se mit face à Tom. Toujours tête baissé, comme lord de leur premier rencontre, dans les couloirs adjacents aux toilettes. Bill se concentra, pour paraître le plus sur de lui possible. Il devait lui aussi faire un effort. Il en avait assez de se ridicule tout le temps. Tom pouvait le faire pourquoi n' arriverait-il pas ? Il l'avait bien fait tout à l'heure. Et Tom lui avait bien prouvé qu'il pouvait avoir confiance en lui. Il ne se moquerais pas. Du moins pas méchamment.

"- Hum, Tu n'es pas bête...Et tu t'y prend très bien avec moi.
- Ouai tu parle, tu a peur de me parlé !"

Bill rougit à cette réflexion. Oui il avait peur de lui parlé, mais pas pour les raison que Tom pensait. Bill n'avait pas peur de parlé à Tom, il avait peur de ne plus savoir parlé devant Tom. C'était légèrement différent. Tom l'intimidait. Il le rendait nerveux et tout bisard. Chaud a l'intérieur.

"- Oui mais, Um...
- Rougit pas comme sa, je vais te confondre avec la rouille des portes des toilettes ! "

Bill fît tout le contraire, et rigola doucement, essayant de se caché le plus possible. Il fut soudainement et prudemment conduit dans les bras de Tom. Encore une fois. Si cela continuait il allait finir par ne pas pouvoir s'en passé, et aimer vraiment beaucoup trop ça. Quand son torse toucha celui de Tom, Bill eu un soupir de plaisir. Il espéra dans la seconde d'après que Tom ne l'eût pas entendu, mais peine perdu, Tom l'avait bien entendu. Et il fut surpris d'apprécié ce petit son purement jouissif, et même de vouloir l'écoute encore.

Ils se retrouvèrent alors tout les deux entourés de quelques chose de différent. Une douceur infini enrobait les deux jeune individus, et une chaleur tendre les couvaient. Bill respira fort, espérant resté vivant jusqu'à la fin de cette échange, il était prêt à tout pour sa. Les bras de Tom serrait sa fine taille, son coeur battait contre le torse de Tom a une allure folle, il était sur qu'il pouvait le sentir, il rougit encore plus si possible. Sa peau bouillonnait, il se demandait si elle aussi était rouge sous le pull.

Les bras se firent un peu plus protecteur, le collant encore plus au corps musclé et fort du blond, Bill allait finir par se consumé sur place. Les aiguilles étaient remplacé par des putains de papillons qui faisaient la fiesta du siècle dans son ventre. Puis soudain il n'y eu plus rien. Comme si rien n'avait existé. Il eu très froid, puis un peu moins. Il se rendit compte que le battant de la porte bougeait encore. L'odeur de Tom flottait encore dans l'air. Il sentit ses vêtement, mon dieu, elle état aussi sur ses vêtement. c'est décidé, il en les laverais pas. Du moins pas se soir.

Bill sourit, et se regarda dans le miroir a sa gauche. Il avait une mine satisfaite, et un grand sourire. ses yeux pétillaient, et son teint était rose, presque rouge. ses lèvres était pleines, et rose. Son maquillage n'était plus là, du moins une grande partie. Seule le crayon sur le contours de ses yeux persistait.

En pourtant, Bill se sentit plus malade qu'avant. Mais d'un mal différent. Il n'était pas sur que l'infirmière pouvait soigné ça.

_________________

G.A.Y

Twincest.

Yuko, Panda, Ju', lu², Safaa, Chupa Chups Voix Sensuel, Steph' et tout les autres.

[L]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.x-manequin-yaoi-x.skyblog.com
xHugs



Féminin Nombre de messages : 175
Age : 23
Localisation : À Sunnydale, avec les vampires. ^w^
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Sam 20 Juin - 2:21

Hahah!
Mon collis empoisonnée est une bonne arme, j'aime ça. (:

Elle est super bonne la suite!
J'ai hate que tu postes la suite! (:

*Remarquez qu'il y a aucune menace. (:*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.spikelovers.skyrock.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luxure, tennis, & Yaoi.   Aujourd'hui à 9:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Luxure, tennis, & Yaoi.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» TENNIS DE TABLE A CLENAY
» Tennis de table Clénay 2009/2010
» Ecole de TENNIS pour nos enfants
» tennis ballon pour gege21
» tennis : Winbledon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
G.A.Y : Génétiquement Accro au Yaoi ! :: Espace Ecriture :: Vos Fictions Yaoi-
Sauter vers: